Édito

Comme avant, mieux qu’avant ?

Il y a 50 ans, Armand Delcampe fondait l’Atelier Théâtral à Leuven, dans la foulée du TUL, Théâtre Universitaire de Louvain (Leuven). Dès la saison 1968/1969, Il mettait d’emblée l’accent sur ce qui reste une constante dans la programmation de l’ATJV, la multiplicité des expressions en arts scéniques ; le mélange des temporalités, voire celui des genres ; un répertoire et un choix d’artistes résolument progressistes, une manière assez « service public » de rendre ses services au public.

Autres temps, autres mœurs… C’était à peu près à cette époque que les artistes se définissaient comme des travailleurs du spectacle.
50 ans plus tard, il n’est pas faux de s’écrier : « Ce n’est plus comme avant ! ». L’économie surplombe toute autre science. La société croit beaucoup moins au progrès, si elle ne le craint pas. D’étranges démons semblent ressortir, vieilles folies habillées de neuf. Insécurité ! Insécurité ! Et post-vérité ! Jolis mantras répétés jusqu’à plus soif.

C’est sans doute vrai, mais ce n’est pas une raison pour s’incliner, ne rien dire et laisser faire…

50 ans plus tard, nous nous reconnaissons encore dans les premières orientations générales de notre théâtre, nous en sommes fiers et voici comment, pour cette saison, nous avons prévu de tenir le cap. Mutatis mutandis, comme disent les érudits !

Nous vous proposons cette saison 24 spectacles (+ 3 spectacles jeune public) :
- Les « festifs », tels Les Franglaises, Bigre, Le Porteur d’histoire, le Cirque Plume… nous livreront un regard acéré, souvent amusé, rêveur parfois, virtuose toujours, qui nous emportera dans l’tourbillon d’la vie.
- Les « classiques », tels Scapin 68, Hamlet, L’Ecume des jours, Le Sacre et L’Eveil… serviront de points d’ancrage où l’esprit se pose, nous permettant, par leurs résonnances décalées et leurs innovations réelles, de pressentir la longue durée et d’exercer une réflexion en perspective.
- Les « intimistes », tels Les Poissons vert pâle, Encore une histoire d’amour, Je suis un poids plume, La Solitude du mammouth… s’attacheront, eux, au plus sensible de l’humaine condition, nous emmèneront toucher la fibre émotionnelle, oui, vraiment toucher du doigt l’humanité, la vie si difficile à étouffer.
Il faut également noter que, cette saison encore, nous ferons la part belle aux auteurs belges aussi bien pour des textes originaux que pour des adaptations de haut vol.

Donc, 50 ans plus tard, dans le souci constant de rapprocher public et scène, nous continuons à développer les rencontres plus ou moins formelles, les ateliers… Nous aménageons les heures de spectacle pour mieux tenir compte des rythmes de vie et nous avons décidé d’ouvrir une section « Famille » pour satisfaire un besoin que vous nous avez fait remonter, celui d’aller au théâtre en famille.

Oui, toujours 50 ans plus tard, remarquez que nous proposons 10 créations. Il y a toujours de nouvelles choses à dire, c’est plutôt rassurant, ne trouvez-vous pas ?

50 ans plus tard, enfin, au bout desquels la fréquentation de nos salles reste à un niveau très élevé ; la saison qui se termine fut, de ce point de vue, particulièrement heureuse. Et en ce qui me concerne, je vous remercie chaleureusement, vous, public, de continuer à vouloir l’ATJV.

Comme avant, mieux qu’avant ? Mais qui peut jamais faire mieux que l’extraordinaire bouillonnement des débuts, et ses audaces ? Ne peut-on comparer que ce qui est comparable ?

JPEG - 115.1 ko
© D. Houcmant-Goldo

Etes-vous parieurs ?




Cécile Van Snick,
Directrice

Partager
 

Suivez-nous

Instagram
Facebook YouTube Twitter instagram

Atelier Théâtre Jean Vilar | 1348 Louvain-la-Neuve - Belgique

Administration : 010/47.07.00 - info atjv.be
Réservations : 0800/25.325 - reservations atjv.be